SUIVEZ L’ACTUALITÉ DE LA CLINIQUE VÉTÉRINAIRE ONEVET



Guide du chien et du chat senior

17 novembre 2017
dogs-958216_1920-1200x794.jpg

  • Introduction
  • La peau
  • Les oreilles
  • Les yeux
  • La bouche et les dents
  • Le tube digestif
  • Le système endocrinien
  • L’appareil urinaire et génitale
  • L’appareil urinaire et génital
  • Le système locomoteur
  • Le système nerveux et le comportement
Introduction

Une espérance de vie prolongée

L’espérance de vie de nos animaux de compagnie ne cesse d’augmenter.
De nos jours, près de la moitié des chiens ont plus de 7 ans et près d’un tiers des chats ont plus de 12 ans.

L’espérance de vie n’est pas la même pour tous les individus.
Elle est fonction de la taille, du poids, de la race de l’animal, des conditions de vie, de l’alimentation et des facteurs génétiques.
Le poids est un facteur clé. Ainsi, les petites races ont en général une durée de vie supérieure aux chiens de grandes races.

Le vieillissement : un processus physiologique normal

Le vieillissement touche tout l’organisme : la peau et le pelage, les oreilles, les yeux, les dents, le tube digestif, l’appareil urinaire, l’appareil génital, le système cardio-respiratoire, le système nerveux, le système immunitaire…

Des contrôles réguliers pour garantir une qualité de vie optimale

Afin de garantir à nos animaux une qualité de vie optimale sur leurs vieux jours, des visites de contrôle régulières seront nécessaires afin de repérer de manière précoce toute anomalie et de mettre en place un traitement adapté.

La peau

Des modifications liées au vieillissement

Avec le vieillissement, la peau devient plus fine, plus sèche (apparition fréquente de « pellicules »), perd de son élasticité et sa résistance naturelle est moins importante. Le pelage devient plus terne, plus cassant, plus clairsemé et des poils blancs apparaissent, principalement au niveau du museau.
Les ongles peuvent présenter des malformations et être plus cassants. Les coussinets plantaires deviennent plus épais. Des cals aux points de pression peuvent aussi apparaître. Les glandes qui sécrètent le sébum augmentent leur activité d’où l’apparition de nombreux kystes. Les défenses immunitaires cutanées diminuent ce qui rend la peau plus vulnérable aux agressions.

Importance des soins et inspections réguliers

Des soins réguliers accompagnés d’une inspection attentive de la peau et du pelage permettent de ralentir ces processus liés au vieillissement mais aussi de déceler toute anomalie et toute lésion suspecte.
Le chien âgé demande plus de soins à ce niveau que le chat âgé.
Le chat continuant de faire la toilette de son pelage.

Des shampooings réguliers peuvent être réalisés avec des shampooings adaptés à la peau de l’animal associés éventuellement à des hydratants cutanés.
Si votre animal a des antécédents de problèmes cutanés, il est important de bien suivre les prescriptions de votre vétérinaire car la peau est plus fragile chez l’animal âgé.

Un examen régulier voire une coupe régulière des griffes est également important. La pousse des griffes est continue et avec la diminution de l’activité physique, leur usure diminue.
Si ces dernières sont trop longues, elles peuvent gêner le déplacement de votre animal voire être à l’origine de blessures.
Il faudra sur les races qui ont des ergots (griffes situées sur le côté de la patte sans contact avec le sol) (Beauceron par exemple) les couper régulièrement.

Les oreilles

Des soins attentifs indispensables

Les oreilles du chien et du chat âgés demandent des soins plus attentifs. Avec le vieillissement, les glandes de l’oreille moyenne augmentent leur activité et le cérumen s’accumule.
Ces soins sont pratiqués grâce à un nettoyant auriculaire adapté.
Certaines races de chien demandent une surveillance plus régulière que d’autres car la conformation de leur conduit auditif favorise la macération.
C’est le cas des races de chien à oreilles tombantes (Cockers), de celles ayant un pelage abondant à la base de l’oreille (Caniches, Bichons), de celles à tendance séborrhéique (Labradors, Bergers Allemands) ou bien les chiens de chasse de par leur mode de vie. Une épilation régulière des oreilles chez les chiens présentant un pelage abondant à la base de l’oreille est conseillé.

La perte d’audition liée au vieillissement

Par ailleurs, avec le vieillissement, une surdité peut apparaître. La perte d’audition est généralement progressive et peut être partielle ou bien totale. Cette surdité est principalement due à une dégénérescence des structures acoustiques.
Un examen clinique, neurologique ainsi que certains tests et éventuellement une radiographie des bulles tympaniques seront eff ectués par votre vétérinaire afin de voir s’il y a une origine précise à ce problème de surdité.

Les yeux

Vieillissement du cristallin : sclérose cristallinienne du chien âgé

Chez le vieux chien, le cristallin peut subir un phénomène de vieillissement responsable de la sclérose. Cette affection touche tous les chiens de plus de 8 ans et correspond à une perte de transparence du cristallin.
Ce phénomène est exceptionnel chez le chat. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces scléroses séniles : altération du métabolisme cristallinien, facteurs physico-chimiques, environnementaux, radicaux libres, inflammations chroniques.
Des gouttes oculaires aux propriétés anti-oxydantes ou des compléments par voie orale peuvent être administrés pour retarder l’évolution et l’apparition de cette sclérose.
Chez certains chiens, une pathologie plus grave peut survenir et entraîner une opacification complète du cristallin : c’est la cataracte. Seul un traitement chirurgical est indiqué dans ce cas là.

Des pathologies spécifiques au chat âgé

Chez le chat âgé, on peut rencontrer des décollements ou des hémorragies du fond de l’oeil souvent secondaires à une hypertension artérielle.

Dans tous les cas, un examen minutieux et régulier des yeux permet de déceler la moindre anomalie et de mettre en place un traitement adapté le plus tôt possible.

La bouche et les dents

Le tartre et la maladie parodontale : un motif de consultation fréquent

La maladie parodontale est un motif de consultation classique chez le chien mais aussi chez le chat âgé. Il s’agit d’une affection bactérienne caractérisée par le développement de la plaque dentaire à la surface des dents. La minéralisation de cette plaque dentaire entraîne l’apparition du tartre.
L’infection associée à cette maladie peut parfois se disséminer et on peut observer alors des foyers infectieux disséminés dans certains tissus tels les reins, les poumons, le foie, le coeur, les articulations et les yeux.

Des mesures hygiéniques préventives à mettre en place

Pour éviter que la maladie parodontale n’évolue, des mesures hygiéniques préventives devront être mises en place : brossage régulier des dents avec des dentifrices adaptés, utilisation de lamelles à mâcher abrasives, hygiène quotidienne avec une solution dentaire spécifi que pour chiens et chats.

L’alimentation, l’absence de soins dentaires, l’existence de lésions dentaires jouent un rôle favorisant. Le premier signe qui alerte souvent est la mauvaise haleine. Lorsque cette maladie parodontale est déjà installée, un détartrage suivi d’un polissage est indispensable. Ce détartrage s’accompagnera d’extractions de dents dans les cas graves.

Il existe des pathologies spécifiques au chat, pouvant entraîner des atteintes de la cavité buccale plus ou moins sévères.

Le tube digestif

Des modifications liées au vieillissement

Les aliments du chien et du chat séniors doivent être choisis avec soin car leur flore intestinale est plus sensible et les modifications alimentaires sont moins bien tolérées. L’utilisation d’un aliment adapté permettra de ralentir les effets du vieillissement et de maintenir l’animal en forme le plus longtemps possible.

Une alimentation spécifique pour l’animal âgé

L’alimentation doit permettre à l’animal de maintenir son poids de forme car avec la diminution de son dynamisme, il peut avoir tendance à grossir.

Elle doit également favoriser le bon fonctionnement rénal et digestif. Le risque d’insuffisance rénale augmente avec l’âge et le fonctionnement du tube digestif se modifie avec une moins bonne assimilation des nutriments.

Il faudra veiller également à stimuler l’appétit de l’animal âgé car avec la présence de tartre, une sensibilité plus importante des gencives et la diminution de l’odorat, on peut noter une perte d’appétit. L’appétence de l’aliment est donc un facteur important à prendre en compte.

Pour toutes ces raisons, un aliment spécifique pour chien et chat âgés en bonne santé sera préconisé. Si votre animal présente une insuffisance rénale chronique ou bien une insuffisance cardiaque, une alimentation spécifiquement conçue pour ces pathologies pourra être mise en place par votre vétérinaire.

Des transitions alimentaires progressives

Lors du changement d’aliments la transition alimentaire doit être progressive (d’au moins une semaine). Il est par ailleurs recommandé de fractionner la ration quotidienne en 2 ou 3 repas.

Le système endocrinien

Des signes à prendre en compte précocement

Toute augmentation de la prise de boisson et de la quantité d’urine émise, de la prise d’aliment, tout amaigrissement, toute modification du comportement peut faire suspecter une anomalie au niveau du système endocrinien. Ces signes, au départ, sont parfois difficiles à déceler.
Chez le chien âgé, on peut observer un syndrome appelé syndrome de Cushing qui correspond à une concentration trop importante de cortisol dans le sang ou une hypothyroïdie.
Chez les chats âgés, on peut rencontrer fréquemment une hyperthyroïdie, syndrome qui correspond à un excès d’hormones thyroïdiennes circulantes.

Diabète sucré : une affection fréquente chez l’animal âgé

Chez l’animal âgé, on peut également rencontrer un diabète sucré.
Cette affection se caractérise par une concentration dans le sang de glucose anormalement élevée. On retrouve ce taux important de glucose dans les urines. Cette maladie peut être due à un défaut de sécrétion d’insuline.
Votre vétérinaire pourra effectuer un bilan sanguin régulier afin de diagnostiquer précocement la maladie et mettre en place un traitement adapté. Des complications liées au diabète sucré existent : cataracte, infections urinaires, infections cutanées,…

L’appareil urinaire et génitale

Des modifications à prendre en compte rapidement

Toute modification de la quantité de boisson prise, de la quantité ou de la fréquence d’urine émise ainsi que toute anomalie au niveau de l’aspect des urines (odeur anormale forte, présence de sang…) ou toute difficulté à l’émission de l’urine doit faire suspecter un problème au niveau de l’appareil urinaire ou génital. Chez le chat âgé, on observe une augmentation de la fréquence des infections du tractus urinaire.

L’insuffisance rénale chronique : une affection fréquente

Chez le chien et le chat âgés, il est fréquent d’observer une insuffisance rénale chronique, maladie qui correspond à une perte progressive et irréversible des différentes fonctions des reins. Les animaux atteints d’insuffisance rénale boivent et urinent beaucoup. Les symptômes sont souvent tardifs d’où l’importance de pouvoir établir un diagnostic avant l’apparition des symptômes. Un examen régulier par votre vétérinaire accompagné d’un bilan urinaire et sanguin permettra d’intervenir précocement et de ralentir l’évolution de la maladie. Le traitement passe par un traitement diététique, une prévention de l’auto-aggravation de la maladie et le traitement des complications.

Un examen régulier de la prostate chez le chien mâle âgé

Au niveau de l’appareil génital, chez le chien mâle âgé non castré, on peut observer des problèmes de prostate. Ces affections ne touchent pas le chat mâle. Avec l’âge, la prostate augmente de volume. Ce processus naturel s’accentue avec l’âge. Les problèmes de prostate sont très fréquents chez le chien âgé. Parmi ces derniers, l’Hyperplasie Bénigne de la Prostate (HBP) est l’affection la plus courante (plus de 80 % des chiens de plus de 5 ans présentent des lésions d’HBP). Les symptômes de cette affection sont nombreux, non spécifiques et non systématiquement présents : symptômes urinaires (sang dans les urines ou en dehors des mictions, incontinence urinaire, difficultés à uriner), symptômes digestifs (constipation), symptômes locomoteurs (raideur, boiterie), symptômes généraux (douleur, prostration…). Une prise en charge précoce de cette HBP est importante afin d’éviter les complications. On peut aussi rencontrer des prostatites, des kystes (paraprostatiques ou prostatiques), des tumeurs (rares). Un examen clinique régulier par votre vétérinaire et un toucher rectal plus ou moins accompagné d’une radiographie et/ou d’une échographie permettra de poser un diagnostic. Le traitement sera un traitement médical ou chirurgical en fonction de l’affection diagnostiquée.

Infections de L’utérus chez la Femelle âgée non stérilisée

Chez les chiennes âgées non stérilisées, la pathologie la plus fréquemment rencontrée est l’infection de l’utérus appelée pyomètre. Cette affection touche principalement les chiennes de plus de 8 ans. Il s’agit d’une affection bactérienne de l’utérus apparaissant environ 1 à 2 mois après les chaleurs. Un examen clinique accompagné d’un frottis vaginal et/ou d’une radiographie et/ou d’une échographie abdominale permettra de poser un diagnostic. En fonction de tous les résultats, de l’état général de la chienne et de la présence ou non de complications (péritonite, choc…), un traitement chirurgical ou médical sera proposé.

Un examen régulier des mamelles chez les femelles.

Une autre affection fréquente chez les chiennes et chattes âgées sont les tumeurs mammaires qui peuvent être bénignes ou malignes. Toute masse anormale au niveau des mamelles devra être montrée précocement et un bilan d’extension réalisé.

L’appareil urinaire et génital

L’insuffisance cardiaque : une affection classique chez l’animal âgé

Chez le chien âgé, l’affection cardiaque la plus fréquente est l’endocardiose valvulaire. Il s’agit d’un défaut de fermeture des valvules cardiaques. Cette affection touche principalement les chiens de petit format. Les signes de cette maladie sont de la toux, une difficulté respiratoire, une intolérance à l’effort, des troubles du rythme. Cette insuffisance cardiaque peut se compliquer d’un oedème pulmonaire. Une auscultation complète, une radiographie thoracique et/ou une échocardiographie permettent de poser le diagnostic d’insuffisance cardiaque, d’évaluer son stade et de voir les éventuelles complications.
Un traitement médical et hygiénique pourra être mis en place afin de retarder l’évolution de la maladie. Plus ce traitement sera mis en place rapidement, plus l’espérance de vie de votre animal sera prolongée.

Chez les chats âgés, une insuffisance cardiaque peut aussi être observée et est souvent liée à une hypertension artérielle.

Le système locomoteur

Des modifications liées au vieillissement

Avec le manque d’exercice, les muscles de l’animal s’atrophient et la masse grasse augmente ce qui peut aboutir à l’obésité. Il est important de maintenir une activité physique régulière chez le chien et le chat âgés afin de préserver la masse musculaire et de maintenir une mobilité articulaire.

L’arthrose : affection articulaire courante chez le chien âgé

Le chien âgé est fréquemment atteint d’arthrose et une activité physique modérée et régulière peut être intéressante dans la prise en charge globale de cette maladie. L’arthrose touche 65% des chiens de plus de 6 ans.
C’est l’affection articulaire la plus courante chez le chien. Elle se traduit par de la douleur puis une évolution vers l’ankylose. L’arthrose apparaît sur toute articulation anormale (malformation, instabilité, traumatisme) ou lors du vieillissement. Elle se caractérise par la destruction du cartilage articulaire. Elle touche principalement les articulations du genou et de la hanche. Selon la gravité, le chien présente une douleur dite « à froid » avec raideur et refus d’effectuer certains mouvements, des épisodes de crises avec refus de s’appuyer sur le membre atteint puis blocage articulaire.
Une radiographie du ou des membres atteints permettra de faire un point sur les lésions installées et de voir s’il y a nécessité d’une intervention chirurgicale ou non. En cas de douleur importante, un traitement à base d’anti-inflammatoires pourra, après un bilan sanguin, être mis en place. Il existe également des chondroprotecteurs qui vont permettre une gestion de fond de l’arthrose en limitant la dégradation et l’évolution de la maladie.

Le système nerveux et le comportement

Des troubles comportementaux liés au vieillissement

Chiens et chats âgés peuvent souffrir d’un déclin de leurs fonctions cérébrales, et présenter des désordres comportementaux, à l’équivalent de ce qu’est la maladie d’Alzheimer chez l’homme. Sont ainsi fréquemment observés : baisse du niveau d’activité, désorientation, confusion, diminution des interactions avec le propriétaire, désobéissance, malpropreté, troubles du sommeil, de la prise alimentaire, ou du comportement de toilettage chez le chat. Peuvent se rajouter des troubles de l’humeur avec irritabilité, agressivité, ou anxiété et dépression. Les nuisances induites pour le propriétaire peuvent être très fortes.
Une prise en charge médicale du vieillissement cérébral et des signes associés est possible. Pour une efficacité optimale, les traitements doivent être instaurés précocement et durablement. Un suivi régulier chez le vétérinaire permet d’adapter le traitement en fonction des résultats observés.


Clinique Vétérinaire du Loup

Clinique Vétérinaire du Loup22, Bd. Honoré Teisseire 06480 La Colle-sur-LoupTél. 04 93 32 61 40RDV et URGENCES